27 Nov

Quel est l’impact du reconfinement pour ceux qui remboursent un crédit relais sur un appartement à Maurepas ?

Ce second confinement n’a rien à voir avec le 1er confinement… Et pourtant, il risque, comme au printemps dernier, d’avoir un impact sur le marché immobilier même si les professionnels de la transaction, comme les agents immobiliers et les notaires, sont cette fois-ci mieux préparés. Vous avez acheté un appartement à Maurepas et contracté un prêt relais ? Quel est l’impact du reconfinement ?

Pour ceux qui ont actuellement un crédit relais en cours et sont dans l’attente de revendre leur bien, il est certain que la période de reconfinement, durant laquelle les visites de bien ne sont pas autorisées, risque d’allonger de quelques semaines la durée du crédit relais. Mais pas d’inquiétude, l’incidence financière sera limitée, car les taux des crédits relais n’ont jamais été aussi bas. Ils vont de 0,90 % à 1,5 % avec une moyenne de 1,20 %, sur une durée de 12 mois à 24 mois.

Pour ceux qui arriveraient au bout de la période des 12 mois, elle pourra être prolongée, et pour ceux qui arrivent au terme des deux ans et pourraient être contraints de vendre leur bien avec une baisse de prix, les banques calculent le relais sur la base de 70 % de la valeur du bien, ce qui laisse de la marge pour ne pas mettre les emprunteurs en difficultés même en cas de revente avec une baisse de prix supérieure à 10 %. En outre, compte tenu du contexte et des difficultés à vendre, la banque pourra accepter des solutions comme la mise en location temporaire du bien et le passage du relais en crédit amortissable.

En conclusion, que faire si on a un projet immobilier en cours, ou à court terme ?
Compte tenu de la fermeture des agences immobilières au public, mais surtout du fait qu’il est impossible de visiter un bien actuellement, sauf en visite virtuelle, « le marché immobilier risque de marquer une courte pause en novembre, mais espérons que, comme lors du 1er confinement, il redémarre rapidement, dès que les visites pourront reprendre, avec un effet rattrapage exceptionnel comme en mai ou juin, qui explique d’ailleurs qu’il n’y ait pas eu de baisse des prix… », analyse Julie Bachet.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée